Évaluation Bardo de la Méditation Évaluation Bardo de la Méditation
Tiré de l’ouvrage de Dzogchen Ponlop Rinpoché

 Bardo de la Méditation

Définition

Le Bardo de la Méditation est un état de concentration dans lequel l’Esprit est au repos, sans être distrait de son objet. Cet objet peut varier, mais plus nous progressons en absorption, plus l’objet principal de concentration regarde la véritable Nature de l’Esprit.

Introduction

En premier lieu, nous recherchons le calme mental et nous pratiquons la technique de Shamatha. Toutefois, le véritable travail commence avec Vipassana. Avant toute chose, il importe  de bien maîtriser Shamatha, c’est- à-dire, être capable de placer son attention sur tout objet sélectionné (flamme, image, souffle,… ) et d’y demeurer avec stabilité, le temps désiré. Le message de Padmasambhava est sans équivoque : « Reconnaître la vraie nature de son Esprit, c’est posséder la clé de sa libération ». La forme de méditation qui conduit à cette libération est Vipassana.

Vipassana

Littéralement, le mot signifie « Vision Claire », ou « Connaissance intérieure profonde d’une chose ». Concrètement, il s’agit de pénétrer profondément à l’intérieur de soi- même, tout en n’utilisant aucun concept pour identifier ou étiqueter les expériences rencontrées, et tout en demeurant toujours conscient de son environnement. Une telle vision pénétrante débouche, naturellement, sur des  compréhensions intuitives, appelées, en anglais, « insights ». Par exemple, si une émotion s’élève, i.e. la colère, il faut simplement l’observer sans l’étiqueter, ne pas dire le mot « colère », ni la manipuler dans sa tête, i.e. jongler avec le concept. Il faut essayer, tout simplement, de sentir la colère à l’état brut, sans parure et sans justification. Il en sera de même, pour nos pensées et nos perceptions. Toutefois, il ne suffit pas d’observer ces phénomènes, mais de chercher à connaître leur vraie nature et ce, sans utiliser notre raisonnement cartésien. L’Esprit étant conscient de lui-même, il connaît donc, intuitivement, sa vraie nature, c’est-à-dire sa quaité de Vacuité, et saura répondre, sans effort, à la question par « associations intuitives ».

Procédé

Padmasambhava suggère une approche particulière. Pour débuter une session Vipassana, il faut : - S’asseoir en position convenable, respectant la posture en 7 points; - Se détendre; - Focaliser sur un point du ciel devant soi; - Demeurer conscient de la présence d’une Conscience sensorielle visuelle; - Demeurer dans cet état d’Esprit détaché. Selon Padmasambhava, une telle observation de l’Espace, sans but et sans objet, provoquera une expérience de conscience pure, non- conceptuelle. Ce faisant, l’Esprit demeurera fusionner à l’espace, les deux ne faisant plus qu’un. En poursuivant cet objectif d’union, tout au long du Bardo de la Méditation, nous nous placerons au-dessus de la peur et de la confusion et élargirons notre liberté d’action et de décision.

Approche Dzogchen

Notre libération du samsara n’est peut-être pas aussi difficile qu’elle ne le semble, à première vue. Les enseignements du Dzogchen sont très encourageants à cet égard. L’hypothèse de départ, de cet enseignement, veut que toutes les pensées ou les émotions n’ont pas d’existence propre. Elles sont non-nées, donc ne peuvent ni demeurer, ni cesser. Elles apparaissent, spontanément, dans l’Esprit et s’y dissolvent, naturellement, après un certain temps. Il n’en tient qu’à notre Esprit de ne pas les exprimer par des actions. Comment y arriver? Selon l’enseignement Dzogchen, pour déraciner une passion, telle la colère par exemple, il faut pénétrer son essence, comprendre ce qu’elle est,  réellement. Pour ce faire, il faut l’observer soigneusement et être présent jusqu’à sa plénitude. Toute passion se libère d’elle-même car elle est vide, non substantielle, libre de concept, libre d’égo. Si nous l’examinons assez longtemps, sans réagir, nous constaterons qu’elle s’auto-libère d’elle-même. C’est dans sa nature! À ce titre, le Dzogchen explique, très clairement, les formes de libération rattachées à toute pensée ou émotion.

Libération selon le Dzogchen

Selon cet enseignement, il y aurait quatre formes de libération, liée à une pensée ou à une émotion : A) la libération primordiale : fondamentalement, avant que l’esprit s’en empare, toute pensée ou émotion est vide, sans substance, sans concept; B) l’auto-libération : à l’instar d’un serpent, qui peut s’enrouler sur lui- même, toute émotion se déroule et s’enroule sur elle-même, sans intervention étrangère; elle se libère d’elle-même; C) la libération nue : si nous examinons, soigneusement, l’Esprit lors d’une attaque passionnelle, nous constaterons que cette dernière prend la forme d’une énergie, secouée de mouvements très vifs, à l’instar d’une flamme de bougie dans le vent; la poursuite passive de cette observation conduit, automatiquement, à sa libération; cette constatation nous démontre que l’Esprit, lui-même, est énergie; D) la libération complète : en multipliant les exercices d’observation et d’auto-libération, l’habitude s’installe et l’Esprit en arrive à se libérer, complètement, de toutes les passions ou émotions qui l’assaillent. À ce titre, la méditation Vipassana est un outil puissant, qui favorise l’auto-libération des émotions. De la même manière, l’Esprit lui-même étant non-né, peut aussi s’auto-libérer et atteindre sa libération complète.

Conclusion

La pratique principale du Bardo de la Méditation est Vipassana. Cette dernière est basée, simplement, sur l’observation objective des phénomènes qui se présentent à l’Esprit, pour en saisir leur fonctionnement, et ainsi découvrir leur vraie Nature. Il s’agit d’une approche non-conceptuelle, favorisant les intuitions ou les « insights ». Le lâcher-prise est très important dans cette forme de méditation. Les Enseignements du Dzogchen nous livrent une perspective intéressante sur la nature des émotions et la façon de s’en libérer. Concrètement, lorsqu’une émotion s’élève, au cours d’une session de méditation, il faut l’observer attentivement, jusqu’à sa disparition complète. Dans les Enseignements Bouddhistes, il est dit que : - le détachement constitue les Jambes de la méditation; - la dévotion constitue la Tête de la méditation; - la non-distraction constitue le Corps de la méditation. Pratiquons cette nouvelle forme de méditation! Pressez le bouton ci-contre!
Vipassana ATELIER 3 Accueil Fondements Bardos Phowas Ateliers Q - R Liens Forum Glossaire Petit Guide sur la traversée des Bardos
Technique - Posture en 7 points - Détente - Détachement - Aucun but - Aucun objet - Focus sur Espace
Dzogchen - Pensées non-nées - Émotions non-nées - Apparaissent - Disparaissent - Observation - Auto-libération
Vipassana - Vision intérieure claire - Non-conceptuelle - Aucun étiquettage - Vraie Nature choses - Intuition
4 Formes de Libération - Primordiale - Autonome - Nue - Complète
Atelier 3
© Angulimala 2013