Tiré de l’ouvrage de Dzogchen Ponlop Rinpoché

Impermanence

Pour surmonter notre peur de la mort, il faut l’envisager avec un Esprit calme et lucide. Afin de nous préparer à vivre ces moments, il faut apprendre à travailler, dès maintenant, sur nos pensées, nos émotions et nos actions. Présentement, chaque fois qu’une émotion surgit dans notre Esprit, nous y réagissons automatiquement, soit positivement, soit négativement. En s’adonnant à la méditation, par exemple, nous apprendrons à observer et à nous dégager de nos pensées et de nos émotions. Si nous voulons réussir notre mort et contrôler notre cheminement après la mort, il convient de  bien comprendre la position bouddhiste sur chacune des trois réalités suivantes, à savoir : a) l’impermanence; b) la renaissance; c) la loi du karma. Examinons, succintement, chacune de ces réalités. A) L’impermanence L’impermanence est ce qui caractérise le monde dans lequel nous vivons. La fin d’un moment entraîne la naissance d’un nouveau. Sans ce flux et reflux, tout serait figé, rien ne changerait et tout resterait immuable. C’est l’impermanence des choses, des événements et des êtres qui donnent un sens à la vie, telle que nous la connaissons. Si chaque instant de notre vie se distingue l’un de l’autre par l’avènement d’une pensée, d’une joie, d’une souffrance, d’une émotion ou de toutes autres sensations, tous ces instants sont comparables aux vagues d’un même océan. Elles se forment, tiennent un peu, puis disparaissent. Ainsi en est-il des phénomènes et de tout ce qui nous entoure. En fait, ce qui nous apparaît comme une continuité n’est, en réalité, qu’une succession de moments distincts. Il en est de même pour le « MOI», qui vit ces instants particuliers. Influencé par chacun de ces moments, forcément, il ne peut demeurer identique à lui-même, tout comme se renouvelle constamment l’eau d’une rivière. C’est ce qui nous amène à supposer qu’avec chaque terminaison d’une chose se présente le début d’une autre. Dans cette perspective, l’impermanence nous amène à croire  que tout a une fin et que chaque fin conduit, inéluctablement, à une Renaissance. Cette constatation devrait nous aider à surmonter nos craintes devant la mort et de l’envisager avec un esprit ouvert et positif. Une des façons d’y parvenir, selon la sagesse bouddhiste, c’est d’apprendre à nous dégager chaque jour, petit à petit, des divers liens qui nous attachent.
Impermanence Tous les instants de notre vie sont comparables aux vaques d’un océan ... Ils se forment, tiennent un peu, puis disparaissent ...
Accueil Fondements Bardos Phowas Ateliers Q - R Liens Forum Glossaire
Lâcher prise Apprendre à se dégager, chaque jour, des liens qui nous attachent ...
Petit Guide sur la traversée des Bardos
© Angulimala 2013