Tiré de l’ouvrage de Dzogchen Ponlop Rinpoché

Renaissance

 Probabilités

Probabilité scientifique de la Renaissance A titre d’illustration et de sujet de réflexion, voyons rapidement ce que dit la science actuelle sur les possibilités d’identification d’une composante intangible, immatérielle qui demeurerait vivante et ne disparaîtrait pas avec la mort de cellules humaines. Grâce aux travaux du mathématicien français Émile Pinel  et du biologiste Serge Nahon, nous pouvons démontrer scientifiquement que l’annihilation, donc la mort intégrale de l’être, ne peut se produire dans les faits et que loin de disparaître, tout se solde par des transformations. Selon Nahon, le fonctionnement de la cellule humaine se traduirait par la formule mathématique suivante : E = A X H1 + B X H2 + C X (dH3/dt) E = voltage d’une cellule; H1 = champ d’énergie magnétique exécutant les ordres de H2 sous la tutelle de H3 H2 = champ doué de mémoire contenant toute la programmation cellulaire; H3 = champ de transmission des ordres de H2. Il s’agit d’un champ de formes; dH3/dt = variation dérivée du champ H3 en fonction du temps biologique, reliée à la variation dérivée du temps ordinaire. À la mort de la cellule, le voltage E devient nul. Donc la section droite de l’équation doit elle aussi devenir nulle. Les coefficients A, B et C ne pouvant être annulés, il faut que ce soit les quantités H1, H2 et dH3/dt qui s’affichent nulles. Or, nous constatons que théoriquement si les deux premiers champs H1 et H2  peuvent être annulés, le champ H3 de son côté demeure et seule sa variation en fonction du temps s’annule. Selon Pinel, le champ H3 est un champ psycho-physico-biologique qui ne retient que ses propriétés psycho-physiques à la mort de la cellule et demeure constant. Donc ce champ ne peut mourir. Pour comprendre un peu mieux ces trois champs il faut s’initier à la psycho-matière. Dans cette nouvelle physique, la première manifestation matérielle est la particule. Cette dernière est le produit d’une densification d’un champ provoquée par un mouvement de pulsion-rotation. Cette particule est accompagnée d’une onde magnétique appelée Psi qui la renseigne continuellement sur l’état énergétique de son environnement. Cette constatation conduit à une nouvelle vision du monde dans lequel tout est inter-relié. Comme le soutient Albert Einstein : «  dans cette nouvelle forme de physique, il n’y a aucune place pour, à la fois, le champ et la matière, le champ demeure la seule réalité ». Différentes lois physiques tiennent compte de cette réalité, par exemple : Théorie de Chew; Théorème de Bell. L’inter-relation entre toutes les particules propres à un environnement a des conséquences importantes pour l’espèce humain. Étant en continuelle résonnance avec notre environnement, nous subissons les contre-coups de nos actions sur ce dernier, d’où la confirmation de la loi du karma qui veut que l’effet suive la cause et que nous récoltions ce que nous semons. Grâce à la physique quantique, la nature des champs informationnels a été approfondie. Ce que l’on sait maintenant c’est que le cerveau doit être considéré comme un hologramme qui analyse, à son tour, l’hologramme de l’univers. Un hologramme est l’image obtenue par la superposition de deux rayons laser dont un a été décalé par rapport à l’autre lors du passage sur un même objet. Le laser est constitué de particules lumineuses appelées photons qui ont toutes la même fréquence. On dit que les photons sont correlés. Les cellules humaines, pour leur part, semblent communiquer entre elles par des photons correlés. Or le photon est matériel alors que l’information transmise ne l’est pas. Il faut donc trouver une autre explication. Pour Kervran,  le transfert d’informations pourrait être exécuté par le neutrino qui accompagne toujours le photon. Fait intéressant, une analyse fine de la lumière, photon par photon, a permis de mesurer l’énergie se dégageant du photon, d’une part, et d’autre part de noter la présence d’une onde vide capable d’effets tangibles. Or le cerveau serait particulièrement sensible à ces ondes vides, c’est-à-dire des ondes remplies d’espace vide. Donc, il se pourrait, selon les chercheurs, que le photon qui compose la lumière soit constitué d’une double carapace constituée de protons et d’anti- protons, les deux séparés par l’onde du neutrino qui transmettrait l’information aux cellules. La question qui se pose alors est : Comment les informations du neutrino peuvent structurer la matière et lui donner sa cohérence? Pour répondre à cette question, il faut comprendre le fonctionnement de la piézo-électricité qui est une propriété essentielle du vivant. La piézo-électricité  permet de transformer une onde magnétique, telle que contenue dans le neutrino, en onde électrique, telle que contenue dans la matière. Ainsi, le cerveau étant sensible aux ondes magnétiques il peut transformer leurs vibrations en courant électrique par l’intermédiaire du Centriole, sorte de centrale énergétique, qui serait à l’origine de l’énergie cinétique contenue dans chaque cellule. Selon Pinel, le cerveau agirait comme un trans-codeur permettant l’entrée de la pensée immatérielle dans la matière. C’est ainsi, selon Hamer, qu’une information perturbatrice pourrait de- structurer le fonctionnement de plusieurs cellules et faire sauter des « fusibles », d’où l’éclosion de maladies mentales ou physiques. S’appuyant sur le même principe, E. Guilli soutient qu’un organisme aussi complexe que l’humain ne peut guérir d’une grave maladie qui l’afflige, s’il ne change pas significativement son niveau de conscience. En somme, nous ne serions pas vraiment ce que nous croyons être, c’est- à-dire uniquement un corps matériel composé d’agrégats. Selon ces scientifiques, nous serions plutôt la manifestation d’un champ complexe regroupant une foule de composantes, incluant notre psychisme. Fait intéressant à noter, la piézo-électricité est la première propriété qui disparaît après la mort. D’après E. Guilli, ce serait au cours de ce processus que les métaux emmagasinés dans les cellules de l’organisme se dissolvent un à un. Ce processus durerait environ trois jours et permettrait à l’Esprit d’emmagasiner les informations associées à ces métaux avant de quitter définitivement sa demeure. D’où l’importance d’allouer au cadavre trois jours de repos sans manipulation aucune.
Voltage Cellule humaine E = A X H1 + B X H2 + C X (dH3/dt)
Accueil Fondements Bardos Phowas Ateliers Q - R Liens Forum Glossaire
Champ H3  - Psycho-physico-biologique - Particule - Onde magnétique Psi
Scientifiques - E. Pinel - S. Nahon
Einstein - Champ -vs- Matière - Théorie de Chew - Théorème de Bell - Physique quantique
Kervran - Protons / anti-Protons - Neutrino - Photons - Matière - Ondes magnétiques - Courant électrique - Centriole
Hamer / Guilli - Maladie - Niveau de conscience - Piézo-électricité
Petit Guide sur la traversée des Bardos
© Angulimala 2013