Tiré de l’ouvrage de Dzogchen Ponlop Rinpoché

Renaissance : Étude Scientifique

Une des questions fondamentales suscitée par la disparition physique est de savoir si une Conscience qui serait, immortelle, existe réellement et si cette Conscience peut renaître en empruntant  d’autres formes physiques. A cela, certains rétorqueront que tout cela relève de la “Foi”; d’autres tenteront d’en démontrer la vraisemblance sur des bases scientifiques. Pour les fins de l’exercice, empruntons cette dernière voie pour jauger à quel point cette éventualité est défendable rationnellement. Clairement énoncée, la question qui se pose est la suivante : la renaissance d’un Esprit immatériel se limite-t-elle à une pure croyance ou peut- elle faire l’objet d’études scientifiques sérieuses? Pour répondre à cette question, il faut d’abord connaître les exigences inhérentes à toute approche scientifique. Selon G. Hayward et R. Feynman, une théorie scientifique n’est acceptable que si elle répond, adéquatement, aux quatre exigences suivantes : a) possibilité d’observations du phénomène particulier; b) possibilité de formulation d’hypothèses cernant le phénomène; c) validation des hypothèses conduisant à la prédictions de résultats; d) possibilité d’ébauche d’une théorie explicative. Avant de nous arrêter sur chacune de ces exigences, définissons tout d’abord le phénomène lui-même. Définition de la Renaissance La Renaissance peut être définie comme la réactualisation de la composante immatérielle d’un individu, i.e. la Conscience, dans un nouveau support matériel après une période, plus ou moins étendue, de séparation dans un espace indéfini. Remarquez que nous n’utilisons pas le terme « Réincarnation » ou encore celui de “Transmigration”, car les deux laissent sous-entendre qu’il y a persistance d’un « MOI caractérisé » d’une incarnation à l’autre. De fait, le MOI change continuellement dans cette vie et même dans l’au-delà, à l’image des vagues répétitives d’un océan. Nous préférons utiliser le terme « Renaissance » qui véhicule l’idée qu’un nouveau « MOI», constitué de toutes les expériences accumulées jusqu’alors, qui prend domicile dans un nouveau réceptacle. Exigences scientifiques Reprenons, maintenant, chacune des 4 exigences précédentes afin de vérifier si le phénomène des Renaissances peut être considéré comme un objet d’étude sujet à des observations rigoureuses. Première exigence : Phénomène doit être observable Depuis les années 1950, une quantité considérable d’observations ont été colligées sur ce phénomène, non seulement par des chercheurs universitaires, des professionnels de la santé et des psychologues réputés mais aussi par des chercheurs-amateurs  solitaires. Le premier cas, qui a soulevé l’intérêt général en Occident, est le cas de  Bridey Murphy. Au début des années 1950, un hypnotiseur amateur de la Virginie endormi une dame de ses connaissances. A sa stupéfaction, il se rendit compte qu’il pouvait la faire reculer dans le temps. Tant et si bien, qu’il réussit à lui faire décrire, en détails, ses conditions de vie en Irlande au 19ième siècle ... Ce cas fut très bien documenté et a fait l’objet de nombreuses publications à l’époque, dont un film. La procédure utilisée alors porte le nom de “Régression hypnotique”, et est encore largement utilisée, de nos jours. Dans les années 1970, un professeur de l’Université de Virginie, le Dr Ian Stevenson, a colligé plus de 200 témoignages de jeunes enfants, de différentes nationalités, prétendant se rappeler  de leur  vie antérieure. Ces témoignages furent livrés sans espoir de rémunération en retour. Tous les cas furent ensuite vérifiés et validés par des enquêteurs sur le terrain. A la même époque, les publications du Dr Raymond Moody ont démontré que la Régression par l’hypnose pouvait servir de thérapie pour déraciner certains comportements et aflictions erratiques, développés dans une vie antérieure, puis transférés dans cette vie-ci. Par exemple, des phobies inexplicables ou des troubles obsessionnels de comportement (TOC), pouvaient ainsi s’expliquer et possiblement être atténués, sinon guéris. Plus près de nous, les témoignages de patients ayant connu une mort clinique et rapportés, entre autres, par le Dr Jean-Jacques Charbonier, anesthésiste français, démontrent bien qu’il y a là matière à réflexion et à des observations plus poussées. En résumé, toutes les observations récoltées jusqu’ici sur le phénomène appelé « Expérience de mort imminente » (EMI) ou « Near Death Experiences »(NDE) sont assez nombreuses et éloquentes pour nous convaincre, bel et bien, de l’existence du phénomène. Seconde exigence : Formulation d’hypothèses de travail L’hypothèse la plus courante rencontrée, dans de tels cas, est l’ hypothèse nulle qui pourrait s’énoncer ainsi : un Esprit, sujet immatériel, ne saurait renaître sous quelque forme que ce soit après la séparation de son support physique, matériel. Dans un contexte tri-dimensionnel, comme le nôtre, une telle hypothèse nécessiterait la comparaison d’un Groupe Expérimental avec un Groupe Témoin. Le premier groupe serait constitué d’un nombre appréciable de sujets soumis à un scénario général de vie comprenant : naissance – croissance – décroissance - disparition avec retour éventuel sur un support distinct. Le Groupe Témoin devrait avoir un scénario de vie se limitant à : naissance – croissance – décroissance – disparition sans retour. Concédons que ce genre de paradigme ne peut être réalisé que dans un monde matériel à 3 dimensions et est inapplicable dans un monde immatériel, invisible, à plusieurs dimensions. L’immatérialisation provoquée par la disparition de l’individu nous oblige à repenser cette méthodologie. Notons que la science dite objective, rationnelle ne couvre que 3 dimensions soit longueur, largeur et hauteur. Que faisons-nous avec une réalité couvrant une dizaine de dimensions ou peut-être plus? Rappelons- nous que l’intelligence humaine n’est pas que rationnelle mais aussi intuitive. Or, de nombreuses découvertes scientifiques furent réalisées à partir de l’intuition d’un chercheur. En résumé, tout en admettant que l’objet de notre étude ne peut suivre le modèle conventionnel avec regroupements comparatifs de sujets, il peut s’inspirer d’un modèle individuel, non-comparatif, suivant un protocole rigoureux et accepté par la communauté scientifique. Une telle méthodologie, à base de témoignages ou de régresssions hypnoptiques, entre autres, peut s’appuyer sur des hypothèses de travail et conduire à des résultats conséquents. Troisième exigence : Validation des hypothèses et Prédiction des résultats La validation d’hypothèses présuppose que la méthodologie utilisée est adéquate. Bien que les 2 méthodes d’analyse actuellement utilisées dans la plupart des recherches portant sur la renaissance, soit la régression hypnotique et le témoignage de sujets concernés, semblent répondre aux exigences de l’heure, il serait souhaitable que des raffinements puissent être envisagés. Des ponts avec l’analyse des rêves ou la lecture des Annales Akashiques pourraient être envisagés, de même que la contribution de la nano-technologie et de la neuro-biologie ajouteraient énormément de poids aux explications avancées et à la validation de futurs résultats. Peut-être serait-il possible, avec ces additions, d’expliquer, un jour, scientifiquement comment un jeune garçon de 4 ans peut parler, couramment, 3 langues différentes? Comment une jeune fille de 6 ans maîtrise, si bien, les menuets de Mozart? Tous ces cas d’enfants prodiges ou de médiumnité sont, pour l’instant, sans explication convaincante. Il ne faut pas pour autant se déclarer vaincu! Présentement, les études entreprises par les Stevenson, les Moody, les Charbonnier, …  ont toujours été validées par des enquêtes complémentaires qui ont permis la vérification de bons nombres de leurs observations. Naturellement, nous ne pouvons parler de validation parfaite, mais nous ne pouvons douter de l’honnêteté et de la rigueur intellectuelle de ces chercheurs. Quatrième exigence : Ébauche d’une théorie Une théorie n’est possible que s’il y a possibilité de prédictions des résultats, à partir d’un phénomène donné, toutes choses étant égales, par ailleurs. Avant d’en arriver à l’énoncé d’une théorie acceptée sur la Renaissance, de nombreuses autres observations  et contre-observations devront être compilées et leurs cueillettes standardisées.  De même, la mise au point d’instruments d’analyse et de mesure appropriés demeurera un facteur déterminant dans le développement de ce domaine de recherche. C’est la partie la plus ardue à réaliser! CONCLUSION Bien que le phénomène des Renaissances ne pourra, vraisemblablement, jamais faire l’objet d’expériences, in vitro, il fut démontré ci-dessus, que nous pouvions, tout au moins, répondre à 3 des 4 exigences pour rendre son étude acceptable au niveau scientifique et en faire ainsi un objet de recherche, à part entière. A notre avis, ceci démontre que la Renaissance ne constitue pas un leurre ou un mythe, mais bien un phénomène, suffisamment sérieux pour être considéré digne d’investigations. Concernant l’immatérialité de la Conscience, cela ne devrait pas décourager toute étude sérieuse du sujet. A preuve, la physique actuelle admet qu’un électron disparaît complètement dans une orbite atomique et réapparaît dans une autre et ce, sans laisser aucune trace visible,  dans l’espace, séparant ces deux orbites. Peut-être, une telle analogie est-elle porteuse de sens et nous inciter à demeurer ouvert sur les possibilités d’existence d’une Conscience pouvant se déplacer, d’un support à un autre, sans laisser aucune trace visible de son passage.
© Angulimala 2013
Renaissance Réactualisation d’une Conscience immatérielle  dans un nouveau support matériel ...
Accueil Fondements Bardos Phowas Ateliers Q - R Liens Forum Glossaire
Réincarnation/Transmigration Persistance d’un “MOI” caractérisé d’une incarnation à l’autre ...
Théorie scientifique - Observations - Hypothèses - Prédictions - Théorie
1. Observations - Objectivité - Témoignages - Régressions hypnoptiques - Expériences mort imminente
2. Hypothèses - Nulles - Méthodologie - Intuition
3. Validation - Rêves - Annales Akashiques - Nano-technologie - Neuro-biologie - Instruments de mesure
4. Théorie - Modes d’observation - Cueillettes standardisées - Instruments de mesure
Petit Guide sur la traversée des Bardos