© Réchoungpa 2015
Accueil Voies Lignées Adhésion Culte Fêtes Q - R Liens

VOIE DU VAJRAYANA

Le mot Sanscrit « Vajra » signifie « Diamant » et le mot « Yana » signifie « Véhicule, Voie ». Donc le Vajrayana ou « Véhicule de Diamant » est ainsi appelé parce qu’il offre une voie de libération d’une rapidité fulgurante. Il fait appel, particulièrement, aux mantras et aux tantras. Les mantras visent à transformer l’essence de certaines Déités en sons, alors que les tantras visent à transmuer les perceptions impures du pratiquant en perceptions pures. Le Vajrayana s’inscrit dans le prolongement du Mahayana, lequel s’inscrit dans la prolongation du Hinayana. Il faut bien comprendre l’enseignement propre à ces deux derniers Véhicules, avant d’aborder le Vajrayana. Dérivé du Mahayana et résultant du troisième « Tour de Roue  du Dharma», effectuée par le Bouddha, le Vajrayana ou « Voie Adamantine », est centré sur certaines pratiques particulières de dévotion, comme  : la récitation répétitive de mantras; l’énoncé d’éloges; la présentation de nombreuses offrandes aux Bouddhas et aux Boddhisattvas; la démonstration de grand respect et de dévotion envers les Déités assermentées, telles : les Protecteurs et Gardiens du Dharma, les Däkas, les Däkinis ... Le Vajrayana est parfois appelé « Bouddhisme Tantrique », Tantrayana ou encore Mantrayana. Son approche est particulièrement orientée vers les Tantras, c'est-à-dire des formes de méditation très focalisées et très englobantes qui peuvent conduire à l’Éveil, en une seule vie, si pratiquées avec constance et grande ferveur, à l’instar du grand Yogi tibétain Milarépa.

Historique

Le Vajrayana apparaît en Chine vers le VIIIe siècle. Il n’a pas vraiment le temps de s’étendre puisqu’il est vite interdit par l’empereur Wuzong, vers 845. À la fin du VIIIe siècle, il s’implante sur l’île de Java, en Indonésie et en Malaisie. L’Islam l’éclipsera au XIIIe siècle. Il apparaît au Japon au début du IXe siècle et fleurira sous le nom de Bouddhisme Shingon, Ce dernier est encore très actif de nos jours. Au Japon, on y dénombre  plus de 10 millions de pratiquants. Au Tibet, il s’y installe au cours du VIIIe siècle. L’exil d’un grand nombre de Lamas, après l’invasion chinoise de 1959, contribuera à sa dissémination à travers le monde occidental. De nos jours, en plus du Tibet, le Vajrayana est surtout pratiqué au Népal, au Bhoutan, au Sikkim, au nord de l’Inde et de la Chine, en Mongolie, dans certaines régions de la Russie. Dans l’ensemble, il y aurait, approximativement, 300 millions de pratiquants dans ces divers pays.

Tantrisme

Les origines exactes du Tantrisme ne sont pas connues, très clairement. Les historiens pensent qu’il est né au sud de l’Inde, vers le IVe siècle de notre ère. L’Université bouddhiste de Nalanda l'a, semble-t-il, enseigné jusqu’au XIe siècle. La conquête Ottomane en Inde, au cours du XIIIe siècle, provoqua sa disparition. Par prudence, la pratique du Tantrisme nécessite l’accompagnement par un Lama qualifié. En effet, une incompréhension de certains concepts, comme : l’Esprit, la Nature de Bouddha, la Vacuité, la Compassion, la forme de Libération ... peut induire une démarche erronée et risquée. Le Lama devra être choisi avec discernement et s’avérer de toute confiance. C’est lui qui transmettra au disciple les méthodes de méditation avancées, donc potentiellement hasardeuses, si mal utilisées. Il appartient au Maître-Lama de déterminer le moment opportun pour transmettre au disciple les initiations et les instructions nécessaires pour son avancement spirituel. Pour bien maîtriser son Esprit et ainsi parvenir à l’Éveil, le Mahayana, ou Grand Véhicule, prône le renoncement aux cinq grandes émotions perturbatrices, que sont : l’orgueil, l’avidité, la colère, la jalousie et l’ignorance. Le Vajrayana, ou Véhicule Adamantin, de son côté, mise plutôt sur la transmutation de ces mêmes émotions en qualités salvatrices. La formule de déduction est simple! Le Samsara et le Nirvana étant considérés comme les deux faces d’une même pièce de monnaie, le Samsara dans lequel nous habitons, comme humains, n’est pas plus impur que le Nirvana auquel nous aspirons, une fois libéré de nos impuretés. Vue dans cette perspective, l’impureté du Samsara n’est due : La solution préconisée s’avère tout aussi simple. i.e. savoir transmuer les perceptions impures en visions pures! De fait, si nous arrivons à transformer les poisons, i.e les émotions perturbatrices, en antidotes appropriées, c’est-à-dire en Sagesses co-émergentes, le Samsara se confondra avec le Nirvana. C’est ainsi que les cinq émotions perturbatrices seront transmuées en les cinq Sagesses transcendantes, identiques à celles possédées par un Bouddha, à savoir : a) que l’Ignorance sera transmuée en Sagesse b) que la Colère sera transmuée en Sagesse c) que l'Orgueil sera transmué en Sagesse d) que l'Avidité sera transmuée en Sagesse e) que la Jalousie sera transmuée en Sagesse
Écoles
Voies
Suivante Précédente Pratique du Dharma